Rendre l’industrie du riz au sénégal plus efficace sur le plan énergétique

Le pôle régional d’innovation pour l’Afrique de l’Ouest du PEEPA / WE4F a uni ses forces avec l’Institut mondial pour la croissance verte (Global Green Growth Institute, GGGI) afin de faciliter l’accès au financement vert, de soutenir l’atténuation des émissions de GES et de renforcer la compétitivité du secteur du riz au Sénégal. Au Sénégal, le riz représente l’une des denrées de base. Une production de riz plus efficace et durable pourrait améliorer la sécurité alimentaire au Sénégal, mais elle recèle également un potentiel économique inexploité. Le projet qui vient d’être lancé s’appuie sur l’expérience de le GGGI en matière de promotion de l’utilisation productive d’énergie renouvelable dans la chaîne de valeur du riz au Sénégal, afin d’aller plus loin dans la transformation écologique de l’industrie sénégalaise du riz en mobilisant des financements pour l’introduction de solutions d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique.

Le GGGI est une organisation internationale et intergouvernementale qui opère dans 30 pays et dans quatre domaines prioritaires à fort potentiel de transformation, dont l’énergie et l’eau. Depuis 2012, l’organisation s’efforce de soutenir et de promouvoir l’intégration d’une croissance verte durable sur le plan environnemental et social, en utilisant une approche axée sur la création de capacités techniques et institutionnelles nationales durables et le développement de projets bancables.

Le secteur agroalimentaire dans les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) joue un rôle important dans la réalisation de la sécurité alimentaire, sans parler de son importance économique. Le secteur emploie environ 55 % de la population et contribue à environ 30 % du PIB par an, mais il fait également preuve d’une forte dépendance à l’égard des combustibles fossiles. Au Sénégal, le secteur agricole représente près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre (GES) du pays, ce qui en fait le plus grand contributeur aux émissions de GES de l’économie sénégalaise.

Le riz est l’une des cultures de base en Afrique de l’Ouest, tandis que le Sénégal est l’un des plus grands consommateurs de riz de l’Afrique de l’Ouest. La vallée du fleuve Sénégal représente près de la moitié de la production totale de riz du Sénégal. Pourtant, le pays satisfait la majeure partie de sa demande de riz par des importations. Relever des défis tels que les coûts élevés de transformation et de logistique, les prix élevés de l’énergie, les interruptions de l’approvisionnement en énergie du réseau peut stimuler la production locale de riz. Au Sénégal, où le coût de l’électricité est parmi les plus élevés d’Afrique subsaharienne en raison de la dépendance à l’égard des produits pétroliers importés pour la production d’énergie, les mesures d’efficacité énergétique et l’accès aux énergies renouvelables promettent d’atténuer les implications financières d’un approvisionnement énergétique coûteux.

Au cours de la période 2019-2020, les conseils du GGGI ont permis d’identifier les possibilités d’utilisation des énergies renouvelables pour améliorer la productivité agricole et la résilience au changement climatique dans la chaîne de valeur du riz. S’appuyant sur les activités antérieures du GGGI dans le domaine de l’énergie durable pour les rizeries de la vallée du fleuve Sénégal, le projet du pôle régional d’innovation pour l’Afrique de l’Ouest du PEEPA / WE4F et du GGGI “Accroître l’efficacité énergétique et l’accès au financement international du climat pour les transformateurs de riz dans la vallée du fleuve Sénégal”, lancé récemment, soutiendra cinq rizeries sénégalaises par l’introduction de plans de gestion de l’efficacité énergétique et de solutions d’énergie renouvelable et contribuera à la mobilisation des investissements verts pour que le Sénégal atteigne ses objectifs en matière de CDN. L’initiative prévoit une transformation vers une industrie du riz plus résiliente et durable dans la vallée du fleuve Sénégal. Le développement durable des innovations est considéré comme un élément essentiel pour relever les défis dans le nexus eau-énergie-alimentation et soutenir la gestion holistique des ressources naturelles et des écosystèmes.

Cette approche vise à avoir un impact durable sur les femmes et les hommes dans la base de la pyramide dans les zones rurales et urbaines en augmentant la production et la transformation des aliments tout au long de la chaîne de valeur grâce à une utilisation plus durable et plus efficace de l’eau et/ou de l’énergie, ce qui entraînera une augmentation des revenus pour les parties prenantes tout au long de la chaîne de valeur. Le projet a déjà identifié cinq rizeries opérantes dans la vallée du fleuve Sénégal afin de les soutenir par des audits énergétiques et la mobilisation de financements pour l’introduction de solutions d’énergies renouvelables et de plans de gestion de l’efficacité énergétique.